Accueil > Qui intervient sur la Palestine ? > Terrasse Pascal >
Présidence française de l’UE
En savoir plus

Terrasse Pascal

Parti Socialiste
Savoie

Le 1er juillet 2008,

M. Pascal Terrasse interroge M. le ministre des affaires étrangères et européennes en lui demandant de bien vouloir lui préciser les actions que pourrait initier la France, dans le cadre de la prochaine présidence de l’Union Européenne, afin de relancer le dialogue entre l’État israélien et l’autorité palestinienne et assurer le respect du droit international ainsi qu’une paix juste et durable, nécessaire pour les deux peuples.

Texte de la réponse (28/10/2008).
Comme le sait l’honorable parlementaire, la paix et la réconciliation au Proche-Orient constituent une priorité stratégique, aussi bien pour la France que pour la politique étrangère et de sécurité commune aux États membres de l’Union (PESC). En tant que présidente du Conseil de l’Union européenne, la France engage aujourd’hui plusieurs types d’efforts pour promouvoir cette paix. En premier lieu, elle coopère étroitement avec les autres membres du Quartet (Nations unies, États-Unis et Russie) et les partenaires de la région, afin d’inciter les parties israélienne et palestinienne à résoudre l’ensemble des différends qui les opposent pour conclure un accord de paix avant la fin de l’année 2008, comme elles en sont convenues à Annapolis, en novembre dernier. Afin de garantir la crédibilité du processus de négociation, la France plaide également pour un respect inconditionnel, par Israël et par l’Autorité palestinienne, des engagements qu’ils ont pris pour améliorer la situation des populations sur le terrain, dans le cadre de la « feuille de route » adoptée en juin 2003 sous les auspices du Quartet. La France demande ainsi, à chaque occasion qui lui est offerte d’en discuter avec les parties, le gel immédiat et total de la colonisation par Israël, ainsi que la cessation de toute violence et des actes terroristes. Toujours, afin d’améliorer le sort des populations civiles, la France n’a cessé de demander, en son nom propre et au nom de l’Union européenne, que l’accord de trêve conclu en mai dernier entre Israël et le Hamas soit effectivement mis en oeuvre, notamment par la réouverture des points de passage à l’entrée et au sortir de la bande de Gaza. Dans cette optique, la France ne ménage aucun effort pour obtenir la libération de Gilad Shalit, dont la captivité fait notamment obstacle à la levée des restrictions pesant sur la population gazaouie. La France consacre également des efforts très importants à la mise en oeuvre de la stratégie d’action de l’Union européenne, destinée à soutenir la création d’un État palestinien pour la paix au Proche Orient. Présentée en, novembre 2007 et endossée par les États membres lors du conseil affaires générales et relations extérieures, cette stratégie organise notamment les activités d’assistance technique et financière européennes, actuelles et futures, visant à renforcer les structures étatiques palestiniennes. La présidence française assure ainsi le suivi des conférences successivement organisées pour mobiliser les donateurs au profit de l’Autorité palestinienne (conférence de Paris, en décembre 2007) et réformer les forces de sécurité civile palestiniennes et l’État de droit (conférence de Berlin en juin 2008). Les premiers résultats sont d’ailleurs très encourageants, y compris en termes financiers - la communauté internationale ayant par exemple déboursé au premier semestre 2008 une aide budgétaire plus importante que sur l’ensemble de l’année 2007. Par la voix de la France, l’Union a également fait connaître sa disposition à reprendre, à tout moment, sa mission d’assistance aux frontières au point de passage de Rafah (Eubam Rafah), lorsque les circonstances s’y prêteront. La présidence française réfléchit enfin, avec ses partenaires européens et internationaux, à la contribution concrète que l’Europce pourrait apporter à la mise en oeuvre d’un futur accord de paix agréé par les parties. L’honorable parlementaire peut ainsi être assuré que la France cherche toutes les voies utiles et entend peser de tout son poids, dans le cadre de sa présidence du Conseil européen, pour que le processus de paix au Proche-Orient continue d’avancer.




Alphabétique
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Par région
You need to upgrade your Flash Player

>> Français établis à l'étranger

Par partis politique

Par mandat
- Député - Sénateur - Député européen

Qui dans votre région ne s'est pas mobilisé ?
- Députés
- Sénateurs

Union européenne  Dexia   Tramway   Salah Hamouri   Violence des colons  Armes  Coopération militaire et policière  Accord d’association UE/Israel  Crimes de guerre   Rapport Goldstone  Eau  Jérusalem  Bande de Gaza  Cisjordanie  Réfugiés  Mur  Colonies/ produits des colonies  Checkpoints  Attitude de la France  Etat palestinien  Paix juste et durable  Liberté de mouvement  Prisonniers  Conventions de Genève  Situation humanitaire  Opération "Plomb durci"   Hamas  Boycott/Désinvestissement/Sanctions  Aide internationale  Nucléaire israélien  Mahmoud Abbas  Annapolis  Accord France/Israel sur la criminalité et le terrorisme  Répercussions en France  Palestiniens d’Israel  Coopération franco-palestinienne  Hamas/Fatah  Résistance pacifique   Destructions de logements palestiniens  Economie palestinienne  Un bateau français pour Gaza  Flottille 2010  ONU  Droit international Humanitaire  Négociations israélo-palestiniennes  Bateau français pour Gaza  Circulaire Alliot-Marie  Proposition de résolution  Elections législatives 2012 - les réponses des candidats élus  Coopération franco-israélienne  Détention administrative  Enfance  Grève de la faim  Liberté d’expression  BDS  colonisation  Agriculture 

Question écrite  Question orale  Intervention  Mission  Dans la presse  Discours  Communiqué de presse  Présence à une manifestation  Rencontre  Appel  Pétition  Engagement  Positionnement  Témoignage  Proposition de résolution   Amendement  Courrier 

Contact | Mentions légales | Crédits