Accueil > Qui intervient sur la Palestine ? > Poniatowski Axel >
Audition de Danny Ayalon, vice-ministre israélien des affaires étrangères
En savoir plus

Poniatowski Axel

Les Républicains
Ile-de-France

Le 17 juin 2010,

M. le président Axel Poniatowski. Monsieur le ministre, vous venez de nous dire que la position israélienne à propos du blocus de la bande de Gaza allait s’assouplir dans les jours ou les semaines à venir. Pourriez-vous être plus précis quant aux propositions que le gouvernement auquel vous appartenez s’apprête à formuler ? L’Union européenne a, pour sa part, élaboré des propositions dans le cadre du Conseil des ministres des affaires étrangères. Les chefs d’État et de Gouvernement réunis aujourd’hui en Conseil européen voudront peut-être eux aussi se pencher sur la question. Dans quelle mesure le gouvernement israélien serait-il disposé à accepter une présence européenne plus importante aux points d’entrée dans la bande de Gaza, à des fins de surveillance, voire de contrôle ? Ne pensez-vous pas en effet que l’Union européenne ait sur place un rôle plus visible, plus politique à jouer ?

Par ailleurs, à l’instar des effets contre-productifs de l’arraisonnement au large de Gaza pour l’image d’Israël dans l’opinion publique internationale, cet événement grave a eu un impact délétère sur la relation israélo-turque. Proche partenaire d’Israël depuis de nombreuses années, la Turquie avait déjà pris quelque distance, à propos de Gaza, lors de l’intervention militaire du début de 2009. Aujourd’hui la relation bilatérale se dégrade de nouveau et de façon spectaculaire. Quelle est votre analyse sur ce point ?

M. Danny Ayalon. En parlant d’« assouplissement important », je n’ai fait que répéter ce qui a toujours été la position du gouvernement israélien. Nous différencions les populations civiles des groupes terroristes. Le problème est que nous sommes confrontés à l’époque actuelle à ce que l’on nomme une guerre asymétrique, qui voit s’opposer un État et des organisations terroristes. Dans un tel contexte, il est difficile de se défendre efficacement contre des terroristes qui s’abritent derrière des populations civiles innocentes ; les dommages causés à ces populations sont fatalement plus importants que dans un conflit « classique ». S’agissant du blocus de Gaza, nous essayons de voir comment le territoire pourrait être mieux ravitaillé mais nous ne voulons pas dégrader le niveau de sécurité existant. Nous regarderons très favorablement les propositions de l’Union européenne à cet égard. Je note d’ailleurs que des patrouilles européennes ont déjà été présentes aux frontières, puis leurs opérations ont été suspendues depuis que le Hamas a pris le contrôle sur le terrain. Les deux messages sur lesquels je voudrais insister concernent, d’une part, la sécurité d’Israël, qui ne saurait faire l’objet d’un quelconque compromis alors que des millions d’Israéliens ont eu à subir des attaques terroristes, et d’autre part, le sort du soldat franco-israélien enlevé il y a quatre ans et à propos duquel toutes les conventions internationales en vigueur ont été violées. Je remercie le gouvernement français d’être intervenu en sa faveur ; nous devons poursuivre l’effort en vue de sa libération.

La question de nos relations avec la Turquie est complexe. Il est pour nous très important qu’elles demeurent bonnes. Le fait que des changements soient intervenus dans ce pays depuis que l’AKP a accédé au pouvoir n’est pas de la responsabilité d’Israël. C’est à la Turquie de dire quel rôle elle veut jouer dans la région, et de confirmer ou non son souhait d’adhérer à l’Union européenne. En tout état de cause, elle doit, selon nous, continuer à soutenir les acteurs responsables de la région, c’est-à-dire l’Autorité palestinienne, et non le Hamas, car ce dernier affaiblit les modérés et amoindrit les chances de la paix. Nous faisons passer des messages à la Turquie, notamment via nos ambassades. Nous estimons en particulier que ce pays devrait agir pour isoler l’ONG turque IHH (Fondation pour les droits de l’homme et pour l’aide humanitaire), qu’il faudrait qualifier officiellement d’organisation terroriste.

- http://www.assemblee-nationale.fr/1...



Alphabétique
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Par région
You need to upgrade your Flash Player

>> Français établis à l'étranger

Par partis politique

Par mandat
- Député.e - Sénateur.trice - Député.e européen.ne

Qui dans votre région ne s'est pas mobilisé ?
- Députés
- Sénateurs

Union européenne  Dexia   Tramway   Salah Hamouri   Violence des colons  Armes  Coopération militaire et policière  Accord d’association UE/Israel  Crimes de guerre   Rapport Goldstone  Eau  Jérusalem  Bande de Gaza  Cisjordanie  Réfugiés  Mur  Colonies/ produits des colonies  Checkpoints  Attitude de la France  Etat palestinien  Paix juste et durable  Liberté de mouvement  Prisonniers  Conventions de Genève  Situation humanitaire  Opération "Plomb durci"   Hamas  Boycott/Désinvestissement/Sanctions  Aide internationale  Nucléaire israélien  Mahmoud Abbas  Accord France/Israel sur la criminalité et le terrorisme  Répercussions en France  Palestiniens d’Israel  Coopération franco-palestinienne  Hamas/Fatah  Résistance pacifique   Destructions de logements palestiniens  Economie palestinienne  Un bateau français pour Gaza  Flottille 2010  ONU  Droit international Humanitaire  Négociations israélo-palestiniennes  Bateau français pour Gaza  Circulaire Alliot-Marie  Proposition de résolution  Elections législatives 2012 - les réponses des candidats élus  Coopération franco-israélienne  Détention administrative  Enfance  Grève de la faim  Liberté d’expression  BDS  colonisation  Agriculture 

Question écrite  Question orale  Intervention  Mission  Dans la presse  Discours  Communiqué de presse  Présence à une manifestation  Rencontre  Appel  Pétition  Engagement  Positionnement  Témoignage  Proposition de résolution   Amendement  Courrier 

Contact | Mentions légales | Crédits